« Colza » : une critique de l’industrialisation qui suscite réflexion

Le premier court métrage de la promotion 2020 des Gobelins est enfin disponible. Il illustre avec poésie, délicatesse et émotion un thème essentiel : l’industrialisation de l’agriculture. Découverte. 

L’agriculture industrielle est au cœur des débats. D’un côté, il y a l’industrialisation rattachée à une image forcément mauvaise et de l’autre, l’agriculture paysanne évidemment vertueuse. Et depuis plusieurs années, une question résonne dans la tête de nombreux défenseurs de l’environnement : jusqu’où la machine va-t-elle remplacer l’Homme ? 

C’est justement le thème abordé par Victor Chagniot, Camille Broutin, Matthieu Daures, Victoria De Millo Gregory, Maxime Jouniot, Jade Khoo, les réalisateurs de Colza. Les étudiants de l’école des Gobelins ont imaginé un film d’animation métaphorique et symbolique qui dénonce les vices de notre société toujours obnubilée par la question du progrès. Il met en scène Clarence, une jeune lézarde attristée depuis qu’elle a été écartée de la récolte du colza au sein de son village. La raison ? Son précieux avion en papier, qui lui servait pour l’entretien des champs, va être remplacé par une moissonneuse-batteuse. Un drame pour ce personnage pourtant passionné par son activité agricole.

Ce court métrage, à l’apparence fantastique, dénonce une réalité bien présente. Il illustre les limites de l’innovation dans le monde agricole, mais pas seulement. Il s’agit d’une critique générale de l’industrialisation qui occupe une place toujours plus importante au sein de notre société.

Une très belle découverte à partager sans modération.

Regarder le court métrage Colza

Mégane Bouron