Critique de Egon Schiele, un film de Dieter Berner

critique-de-egon-schiele-un-film-de-dieter-berner-1

Egon Schiele de Dieter Berner, se dessine comme un portrait intimiste du « peintre maudit », personnalité si complexe du XXe siècle. 

De la femme, surgit l’artiste

Une vie courte, mais une vie intense. Décédé à l’âge de vingt-huit ans, le peintre autrichien a connu une existence pour le moins sombre. Souvent incompris, voir inconsidéré, il aura fallu attendre cent ans pour mettre en lumière, l’œuvre de cet artiste. Avec ce biopic, Dieter Berner a tenté, non pas de révolutionner le cinéma, mais de nous guider vers la trajectoire à la fois sentimentale et artistique de ce peintre. Fasciné par la mort et l’érotisme, Egon Schiele était un provocateur, qui puisait son inspiration dans ses multiples relations avec les femmes. Ses modèles, ses amantes, ses muses. Tel est le point de vue qu’a choisi d’adopter le réalisateur.

J’ai voulu mettre en évidence les aspects de sa vie qui nous aideraient à comprendre ses oeuvres. Pour moi, il s’agit de son rapport particulier à la sexualité et de ses relations peu conventionnelles avec ses modèles. Dieter Berner

egon-shiele-noah-saavedra

La quête de son art s’est faite à travers cinq femmes : sa jeune soeur Gerti (Maresi Riegner), son amante Moa (Larissa Aimee Breidbach), sa muse Wally (Valerie Pachner) et enfin, son épouse Edith (Marie Jung). Un crayon à la main, Egon Schiele dessinait ces silhouettes nues, en explorant sans cesse de nouvelles postures corporelles. Représentations provocantes et style noir reconnaissable, c’est ainsi que le peintre est devenu, un  “artiste scandaleux.”

Mais ce film, bel et bien tragique, n’est pas simplement centré sur la vie artistique d’Egon Schiele. C’est également une œuvre émotionnelle. En reprenant de nombreuses scènes historiques de la vie du peintre, Dieter Berner s’est invité avec subtilité au coeur du parcours si obscur de cet homme, simplement avide de liberté. De pornographe à pédophile, Egon Schiele était sujet à de multiples accusations. Mais n’était-il pas simplement qu’un passionné ?

egon-schiele-dieter-berner

La voie du naturel

En choisissant une narration conventionnelle, Dieter Berner fait de son film, une œuvre empreinte de réalisme. Il s’agit d’un récit tragique, mettant en lumière le portrait dénudé d’un artiste mal-aimé.

Pour moi, il était primordial de tourner avec des jeunes, et non pas avec des acteurs jouant des jeunes. Dieter Berner

Outre la dimension scénaristique, il existe également dans le jeu d’acteur, une sincérité à l’état pur. Jeune amateur, Noah Saavedra se livre à une remarquable performance, dans ce rôle d’ homme au destin malheureux.  Il s’imprègne avec aisance de la personnalité si complexe du peintre, au point de devenir réellement, cet artiste tourmenté. Une vie de bohème, bercée par une liberté artistique et sentimentale. Telle était la souhait d’Egon Schiele. Emprisonné pour affaire de mœurs, oeuvres détruites et mort d’une grippe espagnole, quelques jours après que sa femme enceinte se soit éteinte. Une vie funeste. Le destin du peintre est tout comme le nom qu’on lui a attribué : bel et bien maudit.

Actuellement dans les salles, Egon Schiele est un biopic sincère qui met en lumière, le diamant noir de l’Autriche.

Egon Schiele : Bande Annonce

Fiche Technique : Egon Schiele

Titre : Egon Schiele (Egon Schiele: Tod und Mädchen)

Réalisation : Dieter Berner

Avec : Noah Saavedra, Maresi Riegner, Valerie Pachner

Scénario : Hilde Berger, Dieter Berner

Photographie : Carsten Thiele

Montage : Robert Hentschel

Durée : 110 minutes

Autriche – 20116