Critique de Monsieur Je-sais-tout : La porte de la confiance et de l’amitié

monsieur-je-sais-tout-critique-larsruby

Adepte des comédies françaises, Arnaud Ducret délaisse ce genre humoristique pour un registre plus dramatique. Monsieur Je-sais-tout de François Prévôt-Leygonie et Stephan Archinard, est une œuvre lumineuse qui aborde avec une belle légèreté, un sujet sérieux : le syndrome d’Asperger.

Monsieur Je-sais-tout retrace la rencontre entre Vincent, un homme rude et solitaire et un jeune autiste, prénommé Léo. Un scénario à la française, qui rappelle subtilement un beau classique du cinéma, Rain Man (1988) de Barry Levinson. Vincent (incarné à l’écran par Arnaud Ducret) est un ancien footballeur professionnel dont la carrière a été prématurément interrompue par une blessure. Désormais entraîneur des jeunes à ses heures perdues, Vincent va soudainement bénéficier d’une belle opportunité : un nouveau contrat avec un club chinois. C’est à ce moment précis que son neveu, Léo, décide de bouleverser sa vie. Âgé de 13 ans, le jeune adolescent (interprété par le jeune Max Baissette de Malglaive) est atteint du syndrome d’Asperger, une forme d’autisme sans déficience intellectuelle qui se traduit, dans ce cas, par des capacités savantes spectaculaires. C’est ainsi que débute une belle et touchante relation entre ces deux êtres.

monsieur-je-sais-tout-critique-larsruby-arnaud-ducret
Max Baissette de Malglaive et Arnaud Ducret.

Inspiré du livre Surface de réparation d’Alain Gillot, Monsieur Je-sais-tout se distingue de cette œuvre originale, grâce à son choix de narration, pour le moins surprenant. En effet, les cinéastes Stéphan Archinard et François Prévôt-Leygonie ont choisi de traiter ce sujet de façon légère, afin de le dédramatiser et de sensibiliser le plus grand nombre de spectateurs à la question de l’autisme. Et c’est une mission accomplie ! Le long-métrage fonctionne parfaitement et ne sombre jamais dans le pathos. S’il est évidemment loin de révolutionner le cinéma, il permet tout de même de découvrir un jeune acteur très prometteur et surtout d’ouvrir les esprits sur le syndrome d’Asperger. Un sujet qui ne demande qu’à être connu et reconnu…

Si cette comédie à la forme classique reste bien prévisible, la grande surprise réside dans le bluffant jeu d’acteurs de Max Baissette de Malglaive et de Arnaud Ducret. Le comédien, habituellement fidèle aux comédies françaises, imprime son solide tempérament d’acteur tandis que le jeune Max Baissette de Malglaive est tout simplement exceptionnel dans ce rôle si complexe. Tendre, subtil, drôle et émouvant, Monsieur Je-sais-tout est sans aucun doute la belle surprise de cette semaine, en matière de cinéma français.

Bande Annonce : Monsieur Je-sais-tout

 

Laisser un commentaire