Critique de Pupille : Le long chemin de l’adoption

critique-pupille-jeanne-herry-larsruby

Sortie dans les salles ce mercredi 5 décembre, Pupille de Jeanne Herry est un film émouvant qui aborde un sujet rarement mis en lumière au cinéma : la transition entre la naissance d’un enfant jusqu’à son adoption. Un drame émotionnel profond, qui illustre brillamment le quotidien de nombreuses familles dans l’attente de cet heureux événement.

Le drame émotionnel de cette fin d’année

 

« Maintenant cet enfant, c’est la prunelle de tes yeux ».

 

Récit initiatique ou film d’apprentissage, histoire maternelle ou paternelle ou encore drame social sur la période de l’adolescence … Les films sur l’enfance sont omniprésents au cinéma. Mais rares sont ceux qui abordent sans tabou le thème de l’adoption en France. Pupille de Jeanne Herry prend le risque de s’aventurer sur cette voie périlleuse en mettant en lumière toutes les questions relatives à ce sujet. Cette histoire émouvante, tournée en plein cœur de la ville de Brest, retrace l’arrivée au monde du jeune Théo, un nourrisson né sous X et remis immédiatement à l’adoption. Mais en attendant de lui trouver ses futurs parents, les services de l’aide sociale à l’enfance (notamment incarnée par Sandrine Kiberlain) devront d’abord le remettre à une famille d’accueil. Pupille traite en parallèle deux histoires pleines d’émotion, celle d’Alice (brillamment interprétée par Élodie Bouchez), mère célibataire qui se bat depuis huit ans pour avoir un enfant, et Jean (Gilles Lellouche), famille d’accueil de Théo. Pendant deux mois, ce dernier va tout faire pour prendre soin de ce nouvel arrivant et l’aider à se construire malgré son absence de repères.

critique-pupille-jeanne-herry-larsruby-1
Gilles Lellouche et Sandrine Kiberlain

Avec ce drame universel, Jeanne Herry met en lumière le processus de d’adoption. Alors qu’une grande majorité de films reflètent la quête des orphelins autour de leurs parents respectifs, Pupille s’attache exclusivement à la mécanique de l’adoption. Un regard novateur dans le cinéma français. On découvre à travers ce long métrage des scènes fortes de sens, comme l’instant où la mère du nourrisson se retrouve seule avec ce dernier, à devoir lui expliquer les raisons de son abandon ; ou bien encore le plan final, où la mère adoptive partage son tout premier moment avec son bébé. Des scènes chargées en émotion, qui illustrent parfaitement ce sujet profond. C’est touchant, sensible et intime, à l’image de cette question majeure de notre société. Pupille est un drame humain à découvrir sans plus attendre en cette fin d’année 2018 !

Pupille : Bande Annonce