Critique « Green Book » : Sur les routes de la tolérance

green-book-sur-les-routes-du-sud-critique-larsruby

Sacré aux Golden Globes 2019, Green Book continue aujourd’hui sa route vers les Oscars. Ce road-movie engagé signé Peter Farelly retourne humour, subtilité et émotion, les codes du racisme.

Ode à la tolérance

 

 

On ne gagne jamais grâce à la violence. Vous gagnez que lorsque vous maintenez votre dignité.

 

 

Green Book ouvre avec élégance cette nouvelle année cinématographique qui s’annonce, une fois encore, d’une richesse incroyable. Couronné du Prix du Meilleur scénario le 7 janvier dernier, à Los Angeles, ce road-movie inspiré de l’amitié entre le pianiste noir Don Shirley et son chauffeur blanc, se dessine comme une magnifique ode à la tolérance. Habituellement adepte des comédies légères telles que Mary à tout prix (1998), Fous d’Irène (2000), ou encore L’Amour extra large (2001), le réalisateur Peter Farrelly dépoussière aujourd’hui son registre comique pour nous livrer un biopic authentique et profond.

Nous sommes porté.e.s par cette histoire audacieuse, nous contant purement et simplement les préjugés d’un temps. Nous suivons le voyage à la fois drôle et mouvementé de ces deux hommes que tout oppose… ou presque. D’un côté nous avons Tony Lip, un modeste videur italo-américain du Bronx, et de l’autre il y a Don Shirley, un artiste riche et élégant de renommée mondiale. Deux personnalités distinctes qui vont se rencontrer, se révolter, puis se lier d’amitié. Green Book est un voyage mélancolique et poétique à travers le sud de l’Amérique. Une traversée haute en couleurs qui ne manque jamais de relater de manière subtile et puissante, la cruauté de notre monde.

green-book-sur-les-routes-du-sud-critique-larsruby-2
Mahershala Ali et Viggo Mortensen

Cette histoire à la fois terriblement dramatique mais extrêmement belle, est portée par deux acteurs de qualités qui semblent être tout simplement nés pour incarner ces rôles. Mahershala Ali, couronné du Prix du Meilleur Acteur dans un second rôle aux derniers Golden Globes, crève l’écran et brille par son raffinement, son assurance et la richesse de son esprit. Viggo Mortensen apporte quant à lui un incroyable souffle de fraîcheur à l’intrigue, grâce à sa grande spontanéité et son humour caustique. Bref, deux talents qui ont su apporter à cette comédie dramatique, une immense vague de légèreté.

C’est ainsi que Peter Farrelly filme avec humour et émotion, l’incroyable périple d’un illustre pianiste noir et d’un modeste chauffeur blanc dans le Sud ségrégationniste. Mais en dépit de cela, Green Book est avant tout un magnifique récit de deux âmes solitaires, qui tentent d’échapper mutuellement à l’hostilité et la rudesse du monde extérieur. Un sublime message de tolérance, au caractère universel.

Green Book : Bande Annonce