Critique L’Empereur de Paris : Figure intemporelle d’un héros parisien

critique-lempereur-de-paris-larsruby

Énième version de l’histoire de Vidocq, L’Empereur de Paris de Jean-François Richet se dessine comme une fidèle reconstruction historique. Un biopic moderne sur la figure légendaire du Paris des bas-fonds.

Le grand homme de Vidocq, c’est Vidocq…

Eugène-François Vidocq, célèbre personnage de l’Histoire bien connu pour s’être plusieurs fois échappé du bagne, avant de devenir un indicateur et de rejoindre la police, reprend vie dans une nouvelle œuvre visuelle. Jean-François Richet, a qui l’on doit notamment Blood Father (2016), L’ennemi public n°1 (2008) ou encore L’instinct de mort (2008), réinterprète à sa manière le destin exceptionnel de cet héros parisien. Et pour incarner à l’écran le mythe de Vidocq, le réalisateur a opté pour le charisme bestial d’un grand acteur français, celui de Vincent Cassel. Le talentueux comédien se retrouve au côté de la jeune Freya Mavor, dans le rôle de son amante Annette. On retrouve également Fabrice Luchini sous les traits de Fouché, Olga Kurylenko en baronne de Giverny, August Diehl en redoutable Nathanaël et bien d’autres acteurs en costumes d’époque.

critique-lempereur-de-paris-larsruby-1
Vincent Cassel et August Diehl

D’un point de vue artistique, L’Empereur de Paris réhabilite amplement la grande figure de Eugène-François Vidocq et historiquement parlant, ce biopic est une fidèle reconstruction du Paris des bas-fonds et plus particulièrement du décalage entre la pauvreté des rues et les murs flamboyants des classes institutions. Jean-François Richet pointe du doigt ces profondes divergences qui ont inévitablement menées à la Révolution Française. Avec ce réalisme poignant, son esthétisme transcendant et son jeu d’acteurs à forte sensation, L’Empereur de Paris se dessine comme un grand film d’aventure populaire de l’année 2018. Et sa narration et critique massive de la société n’est pas sans faire écho à l’état actuel de la France, pays en proie à de grandes tensions sociales et politiques. Car finalement, qu’importe l’époque où nous nous trouvons, les revendications semblent universelles, intemporelles et surtout éternelles.

Ce film en costumes d’époque est un grand tableau historique qui arbore la finesse esthétique des décors du Paris du XIXe siècle. L’Empereur de Paris, énième version de l’histoire de Vidocq, est une œuvre puissante et dramatique qui conclue en beauté l’excellente filmographie française de cette année 2018 !

L’Empereur de Paris : Bande Annonce