Critique de Mektoub My Love : C’est le temps de l’amour, le temps des copains et de l’aventure !

critique-mektoub-my-love-canto-uno-larsruby

Le printemps vient d’arriver et pourtant, avec Mektoub My Love : Canto Uno, l’été est déjà bien présent. Quatre ans après le succès faramineux de La vie d’Adèle, le réalisateur Abdellatif Kechiche, dévoile aujourd’hui une nouvelle hymne à la vie. Retour sur un voyage, de 180 minutes, en plein cœur des méandres de l’amour.

Une célébration de la jeunesse

S’inspirant très librement du roman La blessure, la vraie de François Bégaudeau, Abdellatif Kechiche délivre avec son nouveau film, un très bel objet du désir, de l’envie et de l’amour. Mektoub My Love : Canto  Uno, nous transporte momentanément au cœur d’une romance lumineuse, à l’aube de l’été 1994. Amin, jeune parisien originaire de Sète, décide de retourner pour la saison estivale dans sa ville natale, pour se reposer auprès de sa famille et ses amis d’enfance. Accompagné de son cousin Tony et de sa meilleure amie Ophélie, Amin passe la majorité de ses journées à déambuler librement dans les rues ensoleillées, et rêvasser au bord de la mer. Fasciné par toutes ces ombres féminines, étendues sur le sable, Amin contemple ces femmes tandis que son cousin se jette dans l’ivresse des corps. Mais le moment est venu, pour lui, d’écouter son cœur et de laisser libre cours à son destin, le mektoub. Ce film, c’est tout simplement la vie avec un élan de naturel, de profondeur et de subtilité.

mektoub-my-love-critique-larsruby
Shaïn Boumedine, la révélation de Mektoub My Love : Canto Uno

Si les premières minutes semblent proposer une vision un brin erronée de la femme et du désir en général, le reste du long-métrage nous fait rapidement oublier cette gêne, en nous offrant une immersion totale dans cette histoire, si réaliste, si familière. Le cinéaste s’empare de ses acteurs (très prometteurs), tandis que ces derniers prennent tout naturellement le contrôle de leurs personnages. Les scènes semblent sincères, les dialogues spontanés, comme si nous assistions à de simples instants de la vie et que le scénario était entièrement conçu sur l’improvisation. Telle est la force sensible de ce film. En trois heures, nous devenons plus intimes avec les personnages, nous prenons le temps de les cerner, un à un, ou presque. Le héro de cette histoire, brillamment interprété par Shaïn Boumedine, reste quant à lui bien mystérieux. Son regard, objet central du film, devient le seul élément permettant d’entrer en confiance avec lui. La passion du cinéaste pour le gros plan, apporte une grande profondeur à l’histoire, puisque nous nous centrons sur les yeux de ces jeunes, assoiffés de liberté. Leurs pupilles, dilatées par l’exaltation de la vie, transmettent alors des messages et nous foudroient en un rien de temps. Dans ce film, nul besoin d’artifices, le naturel opère instinctivement. Mais la simplicité n’est-elle pas, ici, la plus belle chose à offrir au public ?

Mektoub My Love : Canto Uno est toute simplement l’union de la sensualité, de la séduction, de l’envie et du désir, comme le révèle la B.O. du film, You make me feel de Sylveste. C’est le moment de réchauffer votre corps et votre cœur avec cette petite pépite estivale, qui risque d’enflammer l’écran pendant encore de longues semaines ! 

Mektoub My Love : Canto Uno : Bande Annonce