Critique Sauver ou Périr : La bouleversante métamorphose de Pierre Niney

critique-sauver-ou-perir-larsruby

Cinq ans après L’affaire SK1, Frédéric Tellier revient avec un nouveau film bouleversant inspiré d’une histoire vraie, Sauver ou Périr. Un mélodrame poignant qui met en lumière l’émouvant portrait d’un soldat du feu. 

Portrait immersif d’un héros de la vie

« J’ai sauvé et j’ai péri ». Ces mots sont ceux d’un homme au destin brisé. Sauver ou Périr est un drame sur le dépassement de soi, qui suit de près le quotidien d’un héros presque ordinaire. Franck Pasquier mène la vie qu’il a toujours souhaité avoir : il est Sapeur-Pompier de Paris et tout juste père de jumelles. Mais un jour, son rêve éveillé va se transformer en un pur cauchemar. Lors d’une intervention sur un incendie, son visage va fondre dans les flammes. À son réveil dans la chambre d’hôpital, Franck va devoir faire face à une sombre réalité  : après avoir sauvé des gens, c’est aujourd’hui à son tour d’être ramené à la vie.

Inspiré d’une histoire vraie, ce drame signé Frédéric Tellier est un hommage aux soldats du feu. Avec pudeur et intensité, le réalisateur mêlent à son récit deux thématiques opposées, à savoir l’héroïsme et l’acceptation. De la bravoure à la faiblesse, de l’action à l’immobilité et de la force à l’abattement, il n’y a qu’un pas à franchir pour passer brutalement du sauvetage au naufrage. Du rêve au cauchemar. Et avec ce long métrage, Frédéric Tellier nous le fait parfaitement savoir.

critique-sauver-ou-perir-larsruby-1
Pierre Niney livre dans Sauver ou Périr, une performance bluffante.

Pour mettre en lumière la détresse de cet héros ordinaire devenu survivant, le cinéaste français a choisi un jeune acteur césarisé, Pierre Niney (Yves Saint Laurent, Un homme idéal, La Promesse de l’aube). Le comédien endosse ce rôle avec une incroyable justesse et livre une performance bouleversante. Métamorphosé, Pierre Niney crève l’écran et nous transmet indirectement la douleur et dépression qui habitent son personnage. On vit  sa souffrance, son mal-être et son funeste désespoir. Une chute accablante, brillamment illustrée par ce talentueux acteur français.

Mais Sauver ou Périr n’est pas seulement un mélodrame sur l’acceptation de soi, mais c’est aussi une œuvre sur la reconstruction d’un couple. Déchirée par l’accident, la relation entre Franck et Cécile (Anaïs Demoustier) n’existe plus. Elle a fondu dans les flammes de l’incendie qui a dévasté leur vie. Et cette rupture sentimentale se ressent à travers le personnage de la jeune femme. Auparavant habitée par une intense joie de vivre, Cécile se retrouve soudainement anéantie par l’événement. Elle porte au côté de Franck les séquelles de ce traumatisme. Anaïs Demoustier inonde l’écran par sa douceur et spontanéité et met ainsi en lumière un personnage au premier abord fragile, mais en réalité sans faille. Une performance émouvante, qui illustre intensément le quotidien de familles qui se retrouvent soudainement abattues par un évènement. Que dire de plus si ce n’est que le jeu d’acteurs est la grande force de ce film.

Sauver ou Périr de Frédéric Tellier est un mélodrame immersif, qui s’infiltre avec justesse dans le sombre quotidien des sapeurs-pompiers de Paris. C’est un film-hommage bouleversant qui dresse le portrait d’un héros devenu lui-même une victime. Et surtout un martyr. 

Sauver ou Périr : Bande Annonce