« Étreintes » : Intime et mélancolique, le court métrage qui éveille les sens

etreintes-court-metrage-larsruby-1

Technique en voie de disparation, l’écran d’épingles renaît aujourd’hui de ses cendres. C’est le constat que nous offre Étreintes, magnifique court métrage réalisé par la jeune cinéaste d’animation française, Justine Vuylsteker.

Debout à la fenêtre ouverte, seule, une femme lutte contre la remontée des souvenirs. Mais dans l’obscurité des nuages, un corps-à-corps passionné se dessine. À tout juste 24 ans, Justine Vuylsteker signe avec Étreintes son premier film professionnel à titre d’auteure. Cette œuvre sensorielle est une invitation intime et poétique au jeu de l’amour. Entièrement réalisé à l’écran d’épingles, le court métrage dresse le portrait mélancolique d’une femme songeuse et rongée par le manque d’un amour. 

Il s’agit d’une œuvre subtile et empreinte de délicatesse, qui dépeint avec nostalgie les désirs et élans amoureux. Et pour mettre en lumière l’immense profondeur de l’amour, Justine Vuylstejer a choisi une narration des plus intimes. Le mélange entre les différents tons noirs, blanc et gris lié à une mélodie japonisante, offre un spectacle visuel fascinant. L’émotion se mêle timidement à la sensualité des formes. C’est beau et délicat, tout simplement. Étreintes est le preuve irréfutable que l’écran d’épingles n’est pas une technique dépassée, mais une pratique mythique qui renaît et continue d’éveiller les sens…

Découvrez le teaser de « Étreintes » 

Laisser un commentaire