Ezra Miller, l’acteur caméléon d’Hollywood

portrait-ezra-miller

À tout juste vingt-cinq ans, Ezra Miller est la star montante de la nouvelle scène hollywoodienne. Doté d’un style qui lui est propre, le jeune acteur évolue dans l’industrie cinématographique comme un outsider. De films indépendants aux blockbusters, mais qui est donc ce véritable caméléon, à la filmographie si particulière ?

Originaire du New Jersey, Ezra Miller est ce qu’on pourrait appeler, un enfant de la culture. Né en 1992 d’une mère danseuse et d’un père producteur exécutif chez Disney, il baigne d’emblée dans un environnement purement artistique. À seulement six ans, Ezra se lance dans la chanson en fondant son propre groupe, les “Sons of an Illustrious Father.” Mais en 2008, une nouvelle destinée l’attend. Après avoir jeté son dévolu sur la musique, le comédien décroche son premier rôle au cinéma, dans Afterschool, un long-métrage où il incarne un adolescent névrosé. Ce premier pas devant la caméra, marque pour lui, le début d’une carrière toute tracée.

We Need To Talk About Ezra

Souvenez-vous. En 2011, un film désormais culte avait remué la Croisette tout en rendant célèbre le nom de ce jeune acteur prometteur. Il s’agit évidemment du long-métrage glaçant de Lynne Ramsay, We Need To Talk About Kevin. Ezra Miller y interprète le rôle d’un adolescent sociopathe, vouant une haine inconditionnelle à sa mère (merveilleusement jouée par Tilda Swinton). Si ce film poignant en a traumatisé plus d’un, c’est en partie grâce à l’incroyable performance du comédien. Regard machiavélique et comportement des plus pervers, l’emblématique personnage de Kevin, a fait une entrée fracassante dans la galerie des enfants terribles du cinéma. Et on n’est pas prêt de l’oublier…

Et ce personnage, peu ordinaire, n’est que le premier d’une épatante liste. Car oui, Ezra Miller ne cache pas son attirance pour les rôles complexes et émotionnellement chargés. En 2013, l’américain est à l’affiche de la comédie dramatique, Le Monde de Charlie de Stephen Chbosky. Sous son air de teen movie, se dissimule en réalité, un long-métrage particulièrement touchant qui met en lumière le malaise d’une jeunesse en fleur. Ezra Miller y incarne Patrick, un jeune homosexuel, tentant de s’affirmer dans une société corrompue par les préjugés. Ce personnage, c’est lui. Après des années de silence, l’acteur s’est en effet déchargé d’un poids en révélant son orientation sexuelle en public. Un coming-out, qu’on lui avait longtemps interdit.

L’outsider du grand écran est aujourd’hui au coeur de deux nouveaux blockbusters. Tout d’abord Justice League de Zack Snyder, le nouveau DC Comics, où il endosse le rôle de Flash. Il y partage l’écran aux côtés de Ben Affleck, Gael Gadot ou encore Henry Cavill. Dans une toute autre ambiance, certes fantastique mais bien plus sombre, Ezra Miller sera prochainement au coeur des Animaux Fantastiques 2, la nouvelle création de J.K. Rowling. Après s’être une première fois illustré dans le premier volet de la saga, l’acteur reprendra son rôle de Croyance Bellebosse, un jeune magicien tourmenté. Le film sortira dans les salles obscures, le 16 novembre 2018.

Croyance est un garçon très étrange et c’est ce que j’aime chez lui. C’est quelqu’un à qui je peux m’identifier parce qu’il est étrange, il ne ressemble pas à tout le monde si on se fie aux standards de la société.

croyance-ezra-miller
Croyance Bellebosse

Véritable acteur caméléon, Ezra Miller choisi ses rôles en fonction de sa propre personnalité. Car le point fort de ce jeune acteur, c’est sa capacité à s’imprégner de ses personnages, à s’identifier à eux sans retenue ni jugement. D’un adolescent sociopathe, en passant par un jeune homme torturé pour arriver à un homme libre de ses choix, Ezra Miller est dans une perpétuelle recherche de rôles toujours plus complexes les uns que les autres. Mais n’est-ce pas la définition d’un véritable artiste ?

Je pense que je les choisis en fonction de ce que chaque personnage déclenche en moi, si j’arrive à m’identifier au rôle.

Et oui, Ezra Miller n’a pas fini de nous traumatiser à travers l’écran.