Interview Arthur & Ylane : Le duo comique, derrière la caméra

interview-arthur-et-ylane-larsruby

Sketchs insolites et textes humoristiques, Arthur & Ylane se sont fait connaître du grand public, grâce à leur univers teinté d’humour. Aujourd’hui, les deux adeptes de la comédie ont décidé de passer de l’autre côté de la caméra. Rencontre avec de jeunes réalisateurs, drôles et bien-sûr prometteurs.

On souhaitait se prouver que l’on pouvait faire autre chose que de la comédie.

Salut Arthur et Ylane ! D’humoristes à réalisateurs, il n’y a qu’un pas que vous semblez très brillamment franchir. Le cinéma est-il une passion innée ou bien une opportunité que vous avez su saisir ?

Salut. Sûrement… un peu des deux. Nous avons commencé tout deux commencé , et après avoir été un certain temps devant la caméra, il nous a semblé de plus en plus évident que l’on pourrait raconter des histoires en étant derrière également.

De Canal + au célèbre Golden Moustache, l’humour semble très largement dominer votre univers. Le rire est-il pour vous un simple moyen de distraction ou vous permet-il de dénoncer un phénomène ?

C’est surtout un genre qui nous correspond bien ! Dans la vie, on est plutôt du genre à rire de tout et à se marrer dès que l’occasion se présente. On a la vanne et la déconne facile, parfois même dans des circonstances qui nécessitent un peu de sérieux.

C’était également l’enjeu avec« Première Fois », car au-delà du message inhérent au film, on souhaitait se prouver que l’on pouvait faire autre chose que de la comédie. Aujourd’hui, avec le recul, la comédie est quand même notre domaine de prédilection, car cela n’empêche pas d’y inclure des scènes tragiques, des messages importants, fort… et des scènes cocasses évidemment !

Votre court-métrage « Première Fois » suscite un très grand intérêt et de vives réactions auprès du public et de la presse. Comment vivez-vous ce premier succès en tant que jeunes réalisateurs ?

C’est un grand plaisir, mais aussi très surprenant ! On ne s’attendait pas du tout à ça, bien que l’on aborde nos films avec autant de professionnalisme et d’ambition que possible. Les films sont fait pour être vu, donc c’est génial qu’ils prennent leur envol et soient visionnés par un large public ! Si en plus cela peut toucher certaines personnes, ou qu’ils en retirent quelque chose pour eux-mêmes, c’est le meilleur des cadeaux !

« Première Fois » est un film coup de poing, qui aborde les limites liées aux nouvelles sensations, l’addiction et ses foudroyantes conséquences. Quels messages souhaitiez-vous faire passer ?

On est parti de notre expérience dans l’écriture de sketch, et c’est probablement ce qui a dirigé le scénario de « Première Fois » et plus précisément sa chute. L’idée de surprendre le spectateur et de l’amener là où il ne s’attend pas, c’est un gimmick qui nous parle.
 Concernant le message, en tant qu’artiste, il y a cette idée qui circule disant qu’un artiste prenant des drogues est un meilleur artiste. On pourrait ainsi être plus créatif, plus ouvert, etc… Cela peut sembler être le cas en surface, mais ce que créé un artiste vient seulement de lui et de sa propre personnalité. Prendre de la drogue pour aider n’est pas une solution viable, et c’est se voiler la face que de ne pas en voir les dangers.
 Le film permet aussi de rappeler les conséquences des drogues, en allant à contre-sens du marketing général prônant que les drogues sont « cools ».

Avec quels comédien/nnes rêveriez de tourner ? Pourquoi ?

Arthur : Depuis « Patient », j’ai souvent en tête Pablo Pauly. Il a ce côté solaire et paradoxalement assez sombre qui lui permet de jouer sur les deux tableaux. Il est d’une justesse affolante ! J’ai pris une vraie claque avec ce film. Je ne peux que saluer le talent de Grand Corps Malade et Mehdi Idir !

Ylane : Paradoxalement, je n’ai pas réellement d’acteur préféré avec qui je rêverai de tourner… ! J’ai mes préférences évidemment, mais je ne voue pas un culte secret à l’un d’eux. Quand je vois un film, je suis généralement admiratif du travail et talent du comédien, mais tout autant de celui du réalisateur et du scénariste qui lui ont permis de défendre ce rôle. Je me dis souvent que « Wow c’est le comédien parfait pour ce rôle ! Super travail d’équipe. » Je crois que je rêverais de tourner avec les comédien qui défendront parfaitement les rôles dans nos films.

À quand un premier long-métrage ?

On en a aucune idée. On espère bientôt évidemment. Ça, c’est la réponse impersonnelle du réalisateur de court métrage qui rêve de passer au long. C’est un peu le Saint Graal. À vrai dire on a plusieurs ébauches, plusieurs idées, mais maintenant il faut faire un choix de scénario et écrire, écrire et écrire. Et aussi écrire. L’écriture d’un long n’est pas un exercice évident, mais l’unique secret c’est de s’y mettre.

Si vous deviez définir vos univers en un mot, lequel serait-il ?

Humour / Subtil.

premiere-fois-arthur-et-ylane-larsruby
« Première Fois », film coup de poing de Arthur & Ylane