Interview de Baptiste Caillaud : un acteur au vaste univers

interview-baptiste-caillaud-acteur-je-suis-une-nuit

Sa performance dans le court-métrage « Je suis une nuit » de Guillaume Caramelle, nous a littéralement transcendé. Le comédien français, Baptiste Caillaud, se confie aujourd’hui sur ce rôle magnifique et riche en émotions. Rencontre.

« Je suis une nuit », une claque émotionnelle

Bonjour Baptiste. Vous nous offrez avec « Je suis une nuit » une très belle et émouvante performance. Vous y incarnez un jeune homme handicapé, souffrant d’une lourde solitude. Avez-vous tout de suite été séduit par ce rôle ?

Merci beaucoup. Ce personnage d’Aurélien m’a immédiatement inspiré et fait naître en moi une multitude d’images, d’émotions et de sentiments que je voulais absolument tenter de retranscrire à l’écran. L’idée de travailler sur la nostalgie d’un passé brutalement révolu et d’un futur incertain et nouveau m’a beaucoup intéressé.

140 minutes c’est court pour réussir à faire passer un message aussi fort et exprimer tout un tas d’émotions. Était-ce pour vous un challenge ?

Oui, c’est toujours un challenge de réussir à faire passer aux gens nos émotions, c’est quelque chose que l’on ne maîtrise pas et heureusement…  mais j’ai une confiance totale en Guillaume. C’est un directeur d’acteur exceptionnel.

Vous avez déjà joué en 2014, au côté de Guillaume Caramelle dans « Au souvenir d’une lune ». Qu’est-ce qui vous plaît chez ce jeune réalisateur ?

Sa modernité, sa culture, sa précision, son humanité. Je vais arrêter là parce que je pourrais encore citer mille autres qualités. C’est un frère, un ami, un partenaire de route. Nous grandissons ensemble artistiquement.

Baptiste Caillaud, en quelques mots…

Être acteur, c’est quoi pour vous ?

Lâcher prise, patienter, observer, travailler, réfléchir et y croire.

Passer de l’autre côté de la caméra est-il envisageable ?

Pas dans un futur proche.

Y-a-t-il un rôle que vous rêveriez d’incarner à l’écran ?

Il y en a 3 :

– Tom Stall, interprété par Viggo Mortensen dans A History of Violence de David Cronenberg

– Actarus (si une adaptation improbable de Goldorak au cinéma voit le jour)

– La réincarnation de Maître Yoda dans Star Wars 12…

Quels sont vos projets ?

Du théâtre pour cette année et une tournée de 35 dates en Asie de la pièce L’Adieu à la Scène début 2019.

Si vous deviez définir votre univers en un mot, lequel serait-il ?

Vaste.

baptiste-caillaud-au-souvenir-dune-lune
Baptiste Caillaud, Au souvenir d’une lune (2014)

Laisser un commentaire