Interview de Marc & Emma : Le stop-motion, une éternelle passion

interview-marc-emma-larsruby

En 2012, Marc & Emma se sont élevés au sommet de l’art du stop-motion. Six ans plus tard, les deux réalisateurs au talent surdimensionné reviennent avec This Magnificient Cake, un film d’animation acclamé à Cannes. Rencontre. 

 

Nous passons beaucoup de temps dans notre petit monde, à développer nos personnages et le monde dans lequel ils vivent.

 

Bonjour Marc & Emma. “This Magnificient Cake” vient d’être présenté à la Quinzaine des Réalisateurs du Festival de Cannes. Racontez-nous comment ce scénario est-il né ?

Nous venions à peine de finir notre court “Oh Willy …” et nous avions encore (assez étonnamment) beaucoup d’énergie créative embouteillée. L’idée de ce film est venue alors que nous voyagions en train, nous avons commencé à faire un remue-méninges d’idées et très vite nous nous sommes fixés sur le contexte et l’époque, c’est-à-dire l’Afrique centrale au 19ème siècle. Pourquoi l’Afrique ? Même si nous ne sommes pas sûrs, il nous a semblé que, ce qui s’était passé à cette époque et à cet endroit, avait encore des répercussions à ce jour. Donc, il semblait non seulement intéressant visuellement et oralement, mais aussi thématiquement.

Votre film a été très apprécié lors de sa projection à Cannes. Cette gratitude, venant d’un des festivals les plus prestigieux au monde, est-elle pour vous la plus belle récompense ?

Nous avions toujours pensé que le public aurait besoin de temps pour traiter le film. Nous n’attendions donc pas une réception aussi positive et enthousiaste dès le départ. La structure de l’anthologie n’est pas quelque chose que l’on utilise très souvent de nos jours, alors, en tant qu’expérience visuelle, nous savons qu’elle ressemble très peu aux films modernes. De plus, sa longueur (44 min) est quelque peu inhabituelle. La plupart des festivals de cinéma n’acceptent pas les films qui ne sont ni des courts métrages ni des longs métrages. Le fait que le festival ait été sélectionné à la Quinzaine a été un moment incroyable pour nous.

En 2012, votre court métrage “Oh Willy…” a connu un grand succès dans de nombreux festivals et vous a propulsé au sommet de cet art délicat du stop motion. Ce succès a-t-il changé votre vie?

Le stop-motion est une technique qui prend beaucoup de temps et nous passons la majeure partie du temps dans notre petit monde, à développer nos personnages et le monde dans lequel ils vivent. Nous n’avions aucune idée si les gens l’accepterait ou non. Une fois terminé, nous avions l’impression que nous venions juste de revenir sur Terre. Le succès d'”Oh Willy…” nous a vraiment encouragés à développer et affiner nos techniques. Donc, plus que de changer nos vies, cela signifie que nous pourrions continuer à faire ce que nous aimons faire le plus.

 

Nous n’envisagerions jamais de faire un film d’animation dans une autre technique.

 

Qu’est-ce qui vous fascinent dans l’animation ?

Il y a deux choses que nous aimons à propos du stop-motion : l’aspect cinématique, et le fait que nous donnons vie à des marionnettes. Si nous ne le faisions pas, Marc ferait probablement des films d’action tandis qu’Emma ferait des marionnettes, et peut-être des documentaires. Nous venons tout juste de découvrir la scène indie 2D très riche, et nous l’aimons, mais n’envisagerions jamais de faire un film d’animation dans une autre technique.

Après ce passage remarqué au Festival de Cannes, quels sont vos projets ?

Nous faisons un “brainstorming” sur un film plus long, c’est vraiment excitant de commencer quelque chose de totalement nouveau !

Si vous deviez définir votre univers en un mot, lequel serait-il ?

Dingue.

this-magnificient-cake-larsruby
Plateau de tournage de “This Magnificient Cake“.