Interview de Raphaël Delpard : du livre à l’écran

persecution-des-chretiens-aujourdhui-dans-le-monde-film-2

L’année dernière, l’écrivain et cinéaste Raphaël Delpard a porté au cinéma son livre consacré à la persécution des chrétiens dans le monde actuel. Le film sera projeté à Brest, aux Studios, le 1er mars prochain.

Je pensais que l’image serait un véhicule plus puissant.

Qu’est-ce qui vous a conduit à réaliser ce film ?

Dans les années 1996-1997, j’ai découvert que les chrétiens, dans certains pays, étaient persécutés en raison de leur foi. J’ai même vu une vidéo amateur d’un mariage de chrétiens kabyles qui se tenait…dans une cave ! Ça m’a stupéfait : il y a des gens qui se marient dans la peur ! C’est à partir de là que j’ai commencé à recueillir des informations, jusqu’à ce que je décide d’aller me rendre moi-même sur le terrain : Syrie, Irak, Afghanistan, Inde… J’en ai fait un livre qui est sorti en 2009 mais je pensais que l’image serait un véhicule plus puissant : j’ai eu un peu de mal à trouver de l’argent mais j’ai quand même réussi à faire ce film et à le sortir en 2017.

Comment avez-vous travaillé sur ce sujet assez délicat ?

Comme je vous le disais, je suis allé dans les pays pour recueillir des témoignages, j’ai ramassé les éléments et structuré un récit. J’ai notamment travaillé avec des ONG chrétiennes présentes dans les 50 pays persécuteurs listés par l’ONU, sauf en Corée du Nord, premier État de la liste, où aucune ONG n’est autorisée à intervenir. Mais il y a eu deux temps, celui du livre et celui du film et, entre les deux, j’ai eu le temps de réunir des éléments nouveaux.

Je suis allé dans les pays pour recueillir des témoignages, j’ai ramassé les éléments et structuré un récit.

Qu’attendez-vous de cette projection à Brest ?

Que les gens viennent, et pas seulement les chrétiens (je ne le suis pas moi-même) mais aussi tous les curieux : c’est une occasion de découvrir un drame terrible qui menace 210 millions de personnes et il n’y a pas que les chrétiens qui doivent être au courant ! Donc, j’espère qu’il y aura beaucoup de monde.

Quels sont vos projets quand vous aurez tourné la page de ce documentaire ?

J’espère que je ne vais pas la tourner tout de suite ! De toute façon, ça va prendre du temps, c’est tout un travail de longue haleine. Mais je n’attends pas la fin de l’aventure pour faire autre chose : je prépare un livre sur la situation des pères divorcés en France où 2 millions d’enfants voient rarement leur père et 600.000 ne le connaissent pas. J’ai un peu de mal à trouver un éditeur, mais je commence déjà l’enquête, j’adore faire du terrain ! Je ferai peut-être aussi un documentaire sur la déchristianisation de la France : j’ai beau ne pas être chrétien, je suis quand même stupéfait qu’on en arrive à faire des procès pour une croix à l’entrée d’un cimetière !

Propos recueillis par Benoît Quinquis

La persécution des chrétiens aujourd’hui dans le monde, projection et rencontre avec le réalisateur, jeudi 1er mars à 20h aux Studios à Brest.