Interview Tess Boutmann : Jeune comédienne à l’univers coloré

interview-tess-boutmann-larsruby

Comédienne, scénariste et réalisatrice, à seulement 19 ans, Tess Boutmann est une artiste à part entière. Après avoir tourné dans la comédie française Tout Schuss, en 2016, et réalisé son premier court-métrage l’année dernière, la jeune femme est aujourd’hui à l’affiche de « Nikki Marianne », un film séduisant signé Guillaume Caramelle. Interview exclusive d’un talent tout neuf !

Être comédienne est devenue un besoin.

Bonjour Tess. Pour ceux qui n’ont pas encore la chance de vous connaître, pourriez-vous nous en dire un peu plus sur vous ?

Bonjour, eh bien je ne sais pas trop quoi dire, j’ai 19 ans et je suis en L2 en fac de cinéma à Paris Diderot. Je fais en parallèle un conservatoire d’arrondissement, celui du 16e en art dramatique. J’ai commencé dans le cinéma à 16 ans, avec le film « Tout Schuss » de François Prevot Legoni et Stéphane Archinard. Ça a été une superbe expérience pour commencer dans le milieu ! J’ai ensuite enchainé avec 3 épisodes de la série Clem, un clip pour Edgar puis le court métrage de Guillaume où je tiens le rôle éponyme. Ça a été ma dernière expérience pendant un an (rires), et là, je viens d’enchainer deux pubs.

Vous incarnez dans le court-métrage « Nikki Marianne » une jeune femme purement inaccessible. Qu’est-ce qui vous séduit dans ce scénario ?

J’adore l’univers de Guillaume, autant l’esthétisme que ses renversements. Avec « Nikki Marianne » il aborde un sujet aux allures très Teen-comédie mais il en fait quelque chose de plus que ça, d’intelligent, sans chercher à être moralisateur non plus. C’est une psychologie qui m’a beaucoup plu. Et par rapport à mon personnage, j’aime le fait qu’elle ne soit pas inaccessible, car peste, mais pour quelque chose en soit de plus profond, qu’elle ait son background qu’on évoque rapidement et qui donnerait envie au spectateur d’en savoir plus. Elle n’est pas profondément insupportable, même si en me voyant avec certaines mimiques je me serai claquée à deux moments (rires). En soit, ce qui me séduit c’est l’intelligence de l’écriture. Pour faire simple.

Vous êtes une amie du réalisateur Guillaume Caramelle. Comment s’est passé le tournage de ce film ?

À vrai dire je ne le connaissais pas avant. C’est grâce au tournage que nous sommes devenus amis. Et je pense que ça résume pas mal de choses. Guillaume est quelqu’un de très consciencieux de ses comédiens. Je me suis sentie très à l’aise sous sa direction pour ça. Et puis on a tourné trois fois de nuit, ce qui est vraiment compliqué et pourtant, Guillaume, à n’importe quelle heure, il avait la banane. C’est très agréable de tourner sous sa direction.

Ce qui me séduit, c’est l’intelligence de l’écriture.

Être comédienne, c’est quoi pour vous ?

Un besoin ? Disons que j’en suis arrivée à un point où j’avais besoin de jouer. Être comédien permet de vivre milles fois, d’avoir 16 ans pendant 4 ans, 25 avant l’heure, de surpasser la mort. JE veux dire, c’est magique. Et puis être comédien ce n’est pas être une machine comme on pourrait parfois le croire, être comédien c’est ressentir milles et une chose avant tout et c’est vraiment ça qui me plait. Puis au succès va s’ajouter des petits bonus comme avoir un vrai pouvoir oratoire sur des sujets qui nous touchent. C’est plus facile d’être engagé quand on est un acteur réussi (rires).

Quel(s) rôle(s) rêveriez-vous d’incarner à l’écran ? Et pourquoi ?

Une marginale. Quelqu’un qui a dû ou doit se battre dans la vie. Qui peut-être a perdu tout but dans la vie et se met à en redécouvrir un et à ne rien lâcher pour ce dernier. Je veux aller dans le jeu, là où je n’irai pas forcement dans la vraie vie.

Quels sont vos projets actuels ?

J’écris. J’ai réalisé un court métrage de 5 minutes l’année dernière « Solidarité féminine » que j’avais écrit et depuis j’ai eu deux grosses idées de métrage (je n’arrive pas à en deviner la longueur) mais tellement grosses que j’ai eu du mal à m’y mettre vraiment avec les cours, etc. Mais oui, en ce moment j’écris une dystopie dans un futur très proche. Évidemment, en passant toujours des castings pour la suite…

Si vous deviez définir votre univers en un mot, lequel serait-il ?

Coloré (pour ne pas dire Bipolaire ou complexe).

tess-boutmann-nikki-marianne-larsruby
Tess Boutmann dans « Nikki Marianne »

Laisser un commentaire