Interview : Xavier Chaguidanian, un artiste aux multiples facettes

interview-xavier-chaguidanian-festival-kinoma-larsruby

Du 9 au 10 juin aura lieu le Festival des nouveaux talents : Kinoma. Nous sommes allés à la rencontre de Xavier Chaguidanian, organisateur de cet événement cinématographique mais également brillant artiste polyvalent. Interview exclusive. 

Ma vocation pour le cinéma s’est forgée dès l’adolescence.

Bonjour Xavier. Pour ceux qui n’ont pas encore la chance de vous connaître, parlez-nous un peu de vous.

J’officie dans plusieurs rôles, dans celui de réalisateur, de producteur ou d’assistant producteur et aussi celui d’acteur. Ma passion du cinéma se retrouve également dans le Festival Kinoma dont je suis l’un des organisateurs.  Au court de l’année, je jongle entre ces différents pôles ; par exemple cette saison avec la préparation du festival Kinoma qui m’occupe presque exclusivement depuis début mars, avec tout de même un tournage sur lequel j’ai joué en Avril et quelques journées consacrées à l’écriture. Avec toutes ces activités, j’aime prendre des noms différents pour marquer le changement de contexte. J’adore ce qu’a fait Bowie avec Ziggy Stardust, en ce qui me concerne pour ce qui touche à la réalisation ou au jeu d’acteur, c’est Hugo Astor.

Vous êtes un artiste polyvalent à la fois réalisateur de courts métrages, acteur et producteur. Comment est née cette vocation pour ces métiers du Cinéma ?

Cette vocation du cinéma a été forgée à l’adolescence. J’ai eu la chance de découvrir des œuvres puissantes qui m’ont marquées, cela grâce à un ami dont la famille était cinéphile. J’ai par exemple à l’esprit, « Requiem For a Dream », « Forest Gump », « Dark City », « Memento », « No Man’s Land », ou « Sixième Sens ». On voyait ces films avec une bande de copains, c’était des moments fort, et toujours des occasions de grandes discussions. C’est à cette période où  je me suis rendu compte de la capacité du cinéma à toucher profondément les gens.  

À l’époque avec un autre copain, on regardait beaucoup de films d’action en V.O, des films aux antipodes de ceux que j’ai cité précédemment, des Bruce Lee, des Stallone, des Van Damme,  et bien sur les films avec Schwarzenegger, du très bon comme Total Recall, aux gros nanars du genre Commando.  À force de voir du Schwarzy en V.O, j’avais développé un accent allemand quand je parlais anglais ! Ces films là c’était des défouloirs, on les regardait dans l’après-midi, ils apportaient une motivation pour faire du sport pour repousser ses limites et tout donner.

J’ai toujours apprécié cette vaste palette du cinéma qui a le pouvoir d’amener à une réflexion philosophique, ou d’’être un pur shoot d’adrénaline. L’envie de faire des films m’a amené au jeu d’acteur, puis pour avoir les moyens de créer mes propres œuvres, je suis passé à la réalisation et à la production. Je prends énormément de plaisir dans ces trois domaines.

Vous venez de réaliser le court-métrage Aldo Le Bricolo. Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur ce film ? 

C’est un film qui est parti d’une envie de faire une transformation physique de vivre une expérience total pour me glisser dans la peau d’un personnage aux antipodes des traits de caractère que l’on me connait. Toute l’écriture vient directement du personnage qui est en quelques sorte laissé en liberté devant la caméra. J’ai choisi de réaliser des images qui donnent à penser que le film est un documentaire, sur une personne réelle. Ce choix de réalisation donne au film, un esprit très proche de l’univers édifiant des reportages de « strip-tease » qui étaient diffusés sur Arte pendant des années.

 

Cette année nous nous sommes dépassés pour organiser notre plus gros événement de l’histoire du festival.

 

Vous êtes le vice-président du Festival Kinoma, un événement cinématographique créé il y a sept ans et qui promeut les jeunes réalisateurs de courts métrages. Pourquoi avoir choisi de mettre en lumière ces nouveaux talents et leurs nombreuses créations ?

Kinoma est un festival qui rassemble la génération du court-métrage et les professionnels venus du long-métrage. Nous créons un pont entre ces deux mondes en aidant, de toutes nos forces, au passage de l’un à l’autre, car chaque réalisateur de court rêve de passer au long. C’est un chemin compliqué, difficile, où un coup de main est toujours apprécié. Avec Kinoma nous sélectionnons les films des meilleurs réalisateurs pour montrer leur travail au public et aux personnes pouvant les aider à réaliser un premier long-métrage. À chaque événement Kinoma, nous invitons des professionnels reconnus à venir raconter leurs parcours et partager les clés de leur succès.

Depuis septembre 2010 nous avons organisé plus d’une cinquantaine d’événements durant lesquels j’ai moi-même présenté plusieurs dizaines de MasterClass avec des réalisateurs dont Emmanuelle Bercot, Patrice Leconte, Costa Gavras ou Olivier Megaton, pour n’en citer que quelques-uns.

Nous avons aussi fait intervenir de nombreux producteurs et distributeurs de long-métrages et bien-sûr nous avons diffusé beaucoup de très bons courts métrages. En France on voit qu’il y a une génération exceptionnelle de réalisateurs qui se prépare à émerger.

La septième édition du Festival Kinoma se déroulera du 9 au 10 juin prochain. Que nous réserve ce nouveau rendez-vous ?

Cette année avec l’équipe Kinoma nous nous sommes dépassés pour organiser notre plus gros événement de l’histoire du festival. Nous avons une série de conférences donnée par un line-up de superbes intervenants. Le samedi après-midi les thèmes sont : la réalisation d’un premier long-métrage et le métier de scénariste aujourd’hui.

Je m’occupe moi-même, le dimanche 10 juin dans l’après midi, de présenter une masterclass avec l’auteur, réalisateur, producteur : Nicolas Barry. Puis j’enchaine sur la présentation d’une conférence réunissant directeurs de casting et agents ; seront présent Mohamed Belhamar, Pierre-François Créancier, et Stéphane Maitre.

Le samedi soir nous avons la soirée du Grand Prix Kinoma,  une soirée de projection qui verra cinq très beaux courts métrages concourir pour remporter plusieurs récompenses dont le Grand Prix Kinoma. Ces prix seront décernés par un Jury d’une dizaine de personnalités du cinéma, dont l’actrice réalisatrice Valérie Donzelie, ou la directrice de casting Nathalie Chéron. Pour découvrir le programme complet du festival le mieux est de se rendre sur notre page facebook où nous présentons les intervenants, les conférences et les films en compétition. Je m’occupe aussi de la presse et cette année, nous aurons plusieurs médias présents sur place dont L A R S & R U B Y !

Quels sont vos projets à venir ?

Une fois le festival passé en juin, je vais tourner dans plusieurs épisodes d’une web-série et j’interviendrai durant une journée réservée aux professionnels et organisée par l’ARP, un événement dont Kinoma est le partenaire. Je prévois ensuite de passer l’été sur l’écriture de plusieurs projets tout en travaillant avec sur des post-productions de courts métrages dont je suis producteur ou réalisateur.

Quant à nous on se donne rendez-vous ce samedi, pour découvrir les coulisses du Festival Kinoma !

Laisser un commentaire