J-11 : Un Noël gothique en compagnie de Edward Scissorhands

j-11-noel-edward-aux-mains-dargent

Lorsqu’on ouvre la 14ème case de notre Calendrier de l’Avent du Cinéphile, on y découvre un oeuvre emplie de poésie. Un conte de fée moderne, qui nous livre un touchante leçon sur l’intolérance. Et que pouvons-nous rêver de mieux en cette période des fêtes ?

Un Noël onirique 

Pour mettre à l’honneur cette journée du 14 décembre, on a souhaité revenir avec vous sur un grand classique du 7e art. Il s’agit de Edward aux mains d’argent, la première d’une longue collaboration entre Tim Burton et Johnny Depp. Sorti en 1991, ce conte gothique retrace l’histoire de Edward Scissorhands, un garçon qui a vu le jour grâce à un inventeur. Alors qu’il était destiné à aimer et comprendre le monde, il se retrouve avec des lames de métal et des instruments tranchants en guise doigts. Cette injustice va alors se transformer en un profond sentiment d’intolérance.

Que vous est-il arrivé ? Je ne suis pas fini.

Pour illustrer cette période de Noël, on vous fait (re)vivre la scène finale de ce chef-d’oeuvre du genre fantastique. Il s’agit de la Ice Dance, une séquence onirique, dans laquelle Edward sculpte dans la glace une statue d’un ange, en livrant à sa bien-aimée (incarnée par Wimona Ryder), un spectacle enneigé. Le tout, bercé par une magnifique composition d’Elfman. Un moment de féerie qui marque à jamais nos souvenirs d’enfance. Tout simplement sublime et bouleversant.

Si vous n’avez jamais vu ce grand classique du cinéma, c’est peut-être le moment de le découvrir. Avec émotion, Tim Burton nous livre une oeuvre intelligence, sensible et passionnante. Rendez-vous demain pour découvrir ce qui se cache derrière la 15ème case notre Calendrier de l’Avent. Un chose est sûre, Noël n’est plus très loin !