J-13 : Le diable s’orne pour Noël

j-13-diable-shabille-prada

De la romance, de l’élégance et de l’arrogance pour les fêtes ! Vous l’aurez sans doute compris (ou non), on parle évidemment de la célèbre comédie satirique, Le diable s’habille en Prada. Découvrez quelle scène dans l’esprit de Noël, se dissimule derrière la 12ème case de notre Calendrier de l’Avent

Au cœur de la Ville Lumière

Après être revenu hier, sur l’émouvante vie en rose de Wall-E, c’est aujourd’hui au tour d’un film plus familier d’être remis au goût du jour. Pour mettre à l’honneur cette journée du 12 décembre, on a choisi de revenir avec vous sur une comédie qui nous a marqué, autant par sa fraîcheur que par sa satire envers l’impitoyable monde de la mode. Sortie dans les salles obscures en 2006, Le diable s’habille en Prada est une adaptation du roman homonyme de Lauren Weisberger. L’histoire met en scène l’éprouvant quotidien d’Andrea, une jeune journaliste ayant décroché un “job de rêve” au sein d’un prestigieux magazine de mode. Une vive critique à l’égard de la haute société.

Quand ta vie privée ne sera plus qu’un champ de ruines, fais-moi signe : je t’obtiendrai une promotion.

Si vous avez toujours pensé que Le diable s’habille en Prada était tout sauf un film de Noël, et bien vous vous trompez ! TOUS les grands Feel-Good Movie sont des classiques à (re)voir inlassablement en cette période de fin d’année. Et celui-ci y compris. Pour illustrer nos propos, on vous fait revivre une scène pleine de magie dans laquelle l’héroïne découvre pour la première fois, la capitale française. Quand la nuit est tombée, Paris devient alors, la grande Ville Lumière. Une ville, baignée par une pluie de couleurs et imprégnée par un fort parfum de nostalgie. 

Vous n’avez désormais plus d’excuse pour ne pas revoir, dès à présent, Le diable s’habille en Prada. Rendez-vous demain pour découvrir ce qui se cache derrière la 13ème case de notre fameux Calendrier de l’Avent du Cinéphile.