J-17 : L’indémodable Noël de Kevin McCallister

maman-jai-rate-lavion-j-17

Les jours passent mais ne se ressemblent pas. Depuis une semaine, on vous propose de (re)vivre de véritables scènes dans l’esprit féerique de Noël. Et le moment est venu pour vous, de découvrir ce qui se cache derrière le 8ème jour de notre fameux Calendrier de l’Avent du Cinéphile.

Un Noël en 1990

Rappelez-vous, à Noël 1990, on faisait la connaissance de la famille McCallister qui décidait de passer les fêtes de fin d’année à Paris… sans leur fils, Kevin ! On parle évidemment du cultissime Maman j’ai raté l’avion de Chris Colombus. Après s’être intéressé au drame historique avec Joyeux Noël, c’est aujourd’hui au tour de LA comédie phare de Noël de pointer (enfin) le bout de son nez. Maman j’ai raté l’avion est le genre d’œuvre indémodable qui se laisse regarder en famille, un 25 décembre, autour d’un délicieux chocolat chaud. Vous y êtes ? Et pour vous replonger dans cette ambiance pleine de nostalgie, on a souhaité revenir avec vous sur une célèbre séquence !

Plus tard quand je serai plus grand et que je me marierai je vivrai tout seul.

Qui n’a jamais rêvé truffer sa maison de pièges pour la protéger ? Le jeune héros, Kevin McCallister, ne l’a pas simplement imaginé, il l’a fait ! Vingt-sept ans après sa sortie dans les salles obscures, c’est tout naturellement que Maman j’ai raté l’avion continue de fasciner petits et grands. Décrite comme étant un pur Feel-Good Movie, cette éternelle comédie de Noël a le don d’apporter un vent de chaleur sur la froide période des fêtes de fin d’année. Et pour illuminer votre après-midi du 8 décembre, on a choisi de vous offrir une séquence pleine d’ingéniosité, comme il en existe tant dans ce film. Souvenirs, souvenirs. On vous laisse l’honneur de la (re)découvrir par vous-même ! Une chose est sûre, l’œuvre de Chris Colombus n’a toujours pas pris une ride. 

On ne pouvait évidemment pas poursuivre notre Calendrier de l’Avent sans évoquer cette indémodable folle comédie de Noël. On se donne rendez-vous dès demain pour continuer notre petite envolée cinématographique, sur un air de Jingle Bells.