J-20 : « Max et les Maximonstres », au cœur de l’imaginaire

max-et-les-maximonstres-calendrier-de-lavent-du-cinephile-larsruby-2

Pour le cinquième jour du Calendrier de l’Avent du Cinéphile, on explore l’imagination de la jeunesse grâce à Max et les Maximonstres, une adaptation sublimée par Spike Jonze. 

Une œuvre magique sur l’enfance

Max, roi des Maximonstres, resta seul.
Une envie lui vint d’être aimé,
d’être aimé terriblement.

Dans vingt jours c’est Noël ! L’occasion pour nous de revenir sur un film empli de magie et de féérie, Max et les Maximonstres. Ce long métrage réalisé par Spike Jonze (Her), conte les aventures d’un petit garçon nommé Max qui imagine un monde effrayant où il prend le pouvoir sur les monstres. Cette magnifique réalisation à l’esthétisme soigné, est adaptée d’un livre devenu un classique de la littérature enfantine américaine.

À travers cette œuvre purement visuelle et morale, Spike Jonze explore l’imaginaire d’un enfant en matérialisant ses visions, ses obsessions, ses frustrations et ses espoirs sous la forme de créatures géantes. Un film psychanalyste et féérique, qui permet d’entrer dans l’univers fantasmé d’un enfant de neuf ans, tout en mettant en lumière l’incompréhension du monde adulte. C’est beau, magique et peuplé de poésie… à l’image de l’enivrante période de Noël !

Regarder le teaser de Max et les Maximonstres