J-24 : un Noël magique à Poudlard

harry-potter-noel

La première case de notre Calendrier de l’Avent du Cinéphile vient de s’ouvrir ! Et pour débuter en apothéose ce joli mois de décembre, on vous fait revivre une des scènes les plus magiques de l’éternelle saga Harry Potter. Alors, ouvrez les yeux…

Un Noël féerique à l’école des sorciers

Chose promise, chose due. Le 1er décembre est arrivé en emportant avec lui, un brin de nostalgie. Souvenez-vous. En 2001, apparaissait sur nos écrans, un jeune orphelin aux lunettes rondes, persécuté par les forces du mal. Seize ans après sa sortie nationale, Harry Potter est aujourd’hui une oeuvre entièrement ancrée dans l’imaginaire des mordus de cinéma. Et pour cause, l’univers créé par J.K. Rowling, a fait battre le cœur de dizaines de millions d’adolescents et par la même occasion, alimenté les rêves de toute une génération. Si bien que les aventures du sorcier continuent bel et bien de fasciner petits et grands, et ce, depuis plus d’une décennie.

On peut trouver le bonheur même dans les moments les plus sombres… Il suffit de se souvenir d’allumer la lumière.

Dans la catégorie des scènes mythiques de la saga, il y en a une qui a particulièrement émerveillé les fans du monde des sorciers. Il s’agit évidemment du célèbre repas de Noël de la Grande Salle, tourné dans le volet Harry Potter à l’école des sorciers. Une fois avoir franchi les grandes portes en bois, un décor des plus féériques nous attend. La caméra nous offre une vue d’ensemble de ce somptueux réveillon, où Harry et ses amis dégustent leur fameux festin gargantuesque (dinde aux pruneaux, puddings, gâteau au nappage…) dans une ambiance pleine de magie et de vie. Le tout, bercé par une classique mélodie de Noël. Il faut l’avouer, on a tous rêvé de se retrouver autour de ces longues tables ! Un régal de féérie.

J-24 avant Noël. Et pour vous préparer comme il se doit au plus beau jour de l’année, (re)vivez inlassablement cette séquence enchanteresse. Quant à nous, on se donne rendez-vous demain pour découvrir ce qui se cache, derrière la deuxième case de notre calendrier…