« Je suis inoubliable » : un film pour ne jamais oublier

je-suis-inoubliable-nikon-film-festival-audrey-pouffer

Bouleversant. C’est le mot qui nous vient soudainement à l’esprit, après avoir regardé “Je suis inoubliable“. Cet intense court-métrage, signé Audrey Pouffer, nous fait partager une vague de sensations en seulement 140 secondes. Une courte durée pendant laquelle, malheureusement tout peut arriver…

Et soudain, les frissons…

“Le cinéma me permet de cracher les émotions qui me rongent” explique la scénariste et réalisatrice, à l’origine de cette oeuvre éprouvante. Et “Je suis inoubliable”, nous le fait parfaitement comprendre. Ce petit bijou cinématographique, rend avec une certaine pudeur, hommage aux victimes directes et indirectes de l’intolérance humaine. Une magnifique révérence, signée Audrey Pouffer.

Il et elle s’aiment, c’est une évidence. Pour son anniversaire, elle offre à son mari une très belle surprise : un cadeau à consommer le soir même ! Accompagné d’un ami, l’homme se rend à l’endroit indiqué, pour vivre une soirée musicale. Un moment qu’il attendait impatiemment. C’était cette nuit-là… Si vous n’avez toujours pas compris la signification, on vous laisse découvrir dans l’émotion, cette effroyable histoire universelle.

je-suis-inoubliable-nikon-film-festival-1
Regarder “Je suis inoubliable”

On ne peut oublier l’inoubliable. C’est avec une grande justesse que cet intense court-métrage nous le rappelle. “Je suis inoubliable” dépeint avec une profonde sincérité, la plus grande injustice de la vie. Pendant 2 minutes 10, nous sommes portés par une histoire d’amour ordinaire, brillamment incarnée par deux acteurs talentueux : Yannick Soulier (Paris-Manhattan, 2012) et Juliette Marcelat. Les dix secondes finales surgissent comme un véritable coup de poignard. Une chute bouleversante, dont nous connaissons malheureusement tous la fin. Un pur choc émotionnel. Pour soutenir “Je suis inoubliable“, grand finaliste de la 8ème édition du Nikon Film Festival, c’est par ici ! Voter, pour ne jamais oublier.