“Logorama” : Une expérience visuelle sidérante !

logorama-critique-larsruby

En 2010, le format court révolutionnait le cinéma français en Amérique. La raison de ce rebondissement, Logorama, un court métrage d’animation au visuel époustouflant. Retour sur une expérimentation pop des plus saisissantes !

L’incontrôlable manège publicitaire

Il y a huit ans, le trio français composé de Ludovic Houplain, Hervé de Crécy et François Alaux, repartait avec l’Oscar du meilleur court métrage d’animation. Logorama, grand vainqueur de Los Angeles, est une œuvre visuelle sensationnelle, qui met en scène une histoire d’enlèvement, de prise d’otages et de poursuite policière dans les rues américaines. Et tout aussi naturellement que cela puisse paraître, tous les personnages de ce polar surréaliste ne sont autres que des logos de marques publicitaires : le célèbre clown Ronald McDonald devient le serial killer de l’affaire, prenant en otage l’enfant de Haribo, tandis que les policiers héros ne sont autres que des bonhommes Michelin.  

logorama-critique-cinema

Pendant près d’un quart d’heure, un incroyable ballet graphique s’anime à l’écran, offrant aux spectateurs une expérience sensorielles des plus saisissantes. Des centaines de logos célèbres (tels que Monsieur Propre, Big Boy, Kentucky Fried Chicken…) survolent en continu les rues de Los Angeles et se retrouvent être les cibles d’un théâtre visuel ahurissant. Le spectacle graphique est tout simplement bluffant. Avec un final des plus explosifs (l’inévitable apocalypse), les réalisateurs délivrent un message subliminal et une critique aiguë envers la société de consommation. Le Big One emportera finalement tout sur son passage, sonnant ainsi l’heure de la chute d’Hollywood. C’est ingénieux, fascinant et terriblement transcendant. Que dire de plus si ce n’est que Logorama mérite haut la main son Oscar du meilleur court métrage d’animation !

Découvrez le court métrage Logorama 

 

Laisser un commentaire