Lost In Translation de Sofia Coppola : Mélancomédie rêveuse

lost-in-translatation-sofia-coppola-retrospective-larsruby

Pudeur, subtilité et émotion, on parle évidemment de la magnifique mélancomédie de Sofia Coppola : Lost In Translation. On revient douze ans après sa sortie en salles, sur l’une des plus belles romances de l’histoire du cinéma. 

La mélancolie au rendez-vous

Pur et indolent, Virgin Suicides reste sans aucun doute l’œuvre la plus prestigieuse de Sofia Coppola. Empreint de noirceur mais teinté de couleur, l’indémodable film générationnel continue dix-neuf ans après sa sortie dans les salles de fasciner les spectateurs. Mais ce n’est pas le seul. N’oublions pas Lost In Translation, troisième réalisation de la cinéaste féministe. Cette œuvre voilée d’un mystère amoureux met en lumière le coup de foudre entre deux insomniaques : Bob Harris (interprété par Bill Murray), un comédien en perte de vitesse et Charlotte (incarnée par Scarlett Johansson), jeune épouse d’un photographe de mode. Ces deux âmes égarées en voyage au Japon vont sympathiser, se confier et se perdent la nuit dans les rues de Tokyo. C’est alors le début d’une brève histoire d’amitié… puis d’amour.

Mais Lost In Translation est platonique. Les sentiments sont confus et la situation l’est toute autant. De cette rencontre sans illusion, va naître une relation intimiste subtilement teintée d’amour et surtout d’émotion. Si rien n’est jamais révélé à l’écran, on devine avec une certaine fierté mêlée de satisfaction, l’inévitable naissance des sentiments. Et c’est évidemment là que réside tout le mystère de cette magnifique romance.

lost-in-translation-sofia-coppola
Scarlett Johansson et Bill Murray

Ce film silencieux, réalisé autour de nombreux plans-séquences, dresse le portrait mélancolique de deux êtres épris par une fort sentiment de solitude. Égarés en plein cœur d’un ville étrangère, les deux amants vont apprendre à se connaître soi-même et surtout trouver des réponses à leurs inéluctables questions (instabilité de leurs mariages et incohérence de leurs choix de vie). Nous assistons avec nostalgie à un semblant d’histoire défini par les contraintes du temps. Mais l’amour qui naît entre ces deux âmes vagabondes est bien réel. Perdus côte à côte, Bob et Charlotte rêvassent et s’éveillent ensemble, dans la folie et beauté des ruelles japonaises.

Et comme dans chacune de ses réalisations, Sofia Coppola laisse s’envoler une touche de son univers si angélique, poétique et mélancolique. Ici, pas question d’artifice. Le silence inonde l’écran. Les regards entre les personnages se confondent et écrivent à leur façon, chaque mot de l’histoire. Le coup de foudre se révèle secrètement. Lost In Translation est à l’image de sa réalisatrice, c’est-à-dire une œuvre subtile et élégante qu’on ne peut aujourd’hui oublier. 

Lost In Tranlation : Bande Annonce

Laisser un commentaire