Marie-Antoinette de Sofia Coppola : Critique pop et rococo !

marie-antoinette-sofia-coppola-larsruby

On continue notre envolée à la (re)découverte des œuvres de Sofia Coppola, avec un film plein de charme et d’élégance. On parle évidemment de Marie-Antoinette, biopic purement décoiffé qui célèbre l’emblématique reine rock et rococo. 

L’anachronisme au rendez-vous

Il y a deux jours, on lançait le top départ de notre rétrospective Sofia Coppola avec Virgin Suicides, une ode à l’adolescence emplie de poésie et de mystère. Aujourd’hui, nous partons dans un tout autre registre, avec une œuvre historique divinement pop. En 2006, Marie-Antoinette était accueilli au Festival de Cannes par des huées et de rares applaudissements. La raison : un scénario jugé trop lent et manquant de profondeur. Mais pour nous, ce biopic est tout simplement une merveille du grand écran !

Si vous vous attendez à regarder une œuvre purement historique, passez votre tour ! Car Marie-Antoinette est un film à la tonalité contemporaine transcendante. Bourré d’anachronismes, ce biopic des temps modernes revisite l’Histoire de France avec une beauté et justesse des plus fascinantes. La cinéaste continue, comme à son habitude, de magnifier la femme. Elle s’évade un temps de la vérité de son personnage, en filmant une bulle de l’intérieur. L’aspect politique de la Révolution Française est mis de côté, de sorte à dresser le plus fidèlement possible le portrait d’une jeune femme en quête de sensations. Une femme obnubilée par les robes, les bijoux, les fêtes, autrement dit l’exubérance. Une femme à la recherche de sa propre personne, qui tente malgré tout de s’épanouir.

 

– Tout ceci est ridicule !
– Tout ceci, Madame, c’est Versailles.

marie-antoinette-sofia-coppola-larsruby-1
Kirsten Dunst dans le rôle de la reine punkette

Comme vous l’aurez compris, le point fort du film ne réside pas dans sa fidélité historique, mais bel et bien dans sa direction artistique. Overdose de confiseries flamboyantes, de costumes luxuriants, de paysages étincelants et de fantaisies à gogo, Marie-Antoinette est véritablement une œuvre pop unique en son genre. Et si l’esthétisme demeure l’élément central du film, la moralité occupe quant à elle une place toute aussi importante. Telle que nous la montre Sofia Coppola, la célèbre reine mourra sans avoir su grandir. Et dès cet instant, Marie-Antoinette devient digne des héroïnes de la réalisatrice. Quasi identique à ces dernières. Elle représente l’éternelle adolescente insouciante, effrayée par l’ennuie ou tout simplement par la vie (comme dans Virgin Suicides, Lost In Translation). Elle est tout simplement le portrait d’une jeunesse désabusée, en quête de liberté.

Marie-Antoinette est un film sensoriel d’une beauté affolante. Un classique parmi les biopics de l’histoire du cinéma. Une œuvre contemporaine à découvrir et redécouvrir inlassablement !

Laisser un commentaire