« Je suis normal » : un plaidoyer douloureusement beau

je-suis-normal-nikon-film-festival

La normalité est-elle un cadeau de la vie ? Et d’ailleurs, qu’est-ce que cela signifie vraiment ? Beaucoup de questions posées en seulement 140 secondes. Retour sur le douloureux “Je suis normal“, un film poignant, intense et malheureusement tellement réel…

Une dystopie glaçante 

“Tu ne vas pas faire honte à ta famille !?” C’est sur ces mots, forts de sens, que se termine le court-métrage réalisé par Paolo Cedolin Petrini. Comme tout droit sorti d’un sombre épisode de Black Mirror, “Je suis normal” nous plonge au coeur d’une dystopie bouleversante, où l’homosexualité est perçue comme une pure anomalie de la vie. Une histoire poignante, qui s’ancre inévitablement dans l’actualité.

Un décor blanc immaculé, un silence assourdissant et une ambiance des plus anxiogènes, voici comment se dévoilent les premières secondes du film. P vit dans un monde où la normalité est un critère essentiel de la vie. Mais lorsque sa famille découvre son orientation sexuelle, elle lui offre un cadeau démesuré : une pilule pour devenir “normal”. Face à la brutalité et l’incohérence de ce choix, le jeune homme se remémore les plus beaux moments de sa relation. Les souvenirs refont surfasse en même temps que ce sentiment d’anormalité s’éloigne.

je-suis-normal-nikon
Regarder “Je suis normal

La normalité est-elle une évidence ? Non. C’est avec une certaine pudeur entremêlée de violence que le court-métrage “Je suis normal” met en lumière la complexité de la société dans laquelle nous vivons. Il dépeint avec une grande force, un problème récurrent : celui de se sentir coupable d’être différent des autres. Une histoire brutale et brillamment réalisée. Je suis normal” est dans les 50 finalistes de la 8e édition du Nikon Film Festival, alors n’attendez plus et votez !