« A little too much » : un court métrage minimaliste sur l’amour-propre

L’univers minimaliste et conceptuel de Martina Scarpelli nous séduit toujours autant. Deux ans après son court métrage hypnotique sur la maladie, la réalisatrice revient avec une nouvelle œuvre profonde sur l’acceptation de soi et l’amour-propre. Découverte.

Apprendre à s’aimer est sans doute l’une des choses les plus compliquées, mais également les plus belles. Et ce clip réalisé pour la talentueuse Kai le révèle brillamment. A little too much est un court métrage délicat et intime qui met en lumière la rencontre d’une femme avec elle-même. Le clip s’ouvre sur l’arrivée d’un paon, se dirigeant avec fierté et élégance vers une porte. Une fois franchit le seuil, ce magnifique oiseau se transforme en une jeune femme au regard effacé. À cet instant, la musique commence et le masque tombe.

Cette ouverture, pleine de poésie et de délicatesse, peut être perçue comme la renaissance de cette femme. En effet, on attribue au paon le symbole du renouveau et de la longévité. Une manière de montrer comment, une fois passée la porte, la protagoniste se retrouve tout simplement face à elle-même. Alors démaquillée, déshabillée, elle peut enfin lâcher-prise et surmonter la peur de sa propre grandeur. Face aux spectateurs, elle découvre son corps dénudé et se laisse aller à ses propres émotions. Ce clip est en quelque sorte une métaphore de l’épanouissement personnel. Cette recherche obsessionnelle du bonheur qui touche des milliers de personnes sur terre.

A little too much rappelle évidemment les précédents courts métrages de Martina Scarpelli, et notamment le plus fascinant d’entre eux, EggLes images sont d’une incroyable pureté, tandis que les paroles vibrantes de Kai résonnent encore et toujours dans nos têtes. Pour expliquer cette œuvre, l’artiste a partagé ces quelques mots puissants et symboliques sur sa page Facebook

.

Je me sens un peu de trop, c’est quelque chose que j’ai ressenti toute ma vie. C’est quelque chose que je travaille constamment pour guérir. Ce trop est si personnel et différent pour tout le monde, mais j’espère que cette chanson vous aidera à l’accepter et à l’embrasser autant qu’elle m’a aidé à accepter et à embrasser le mien.

.

Un clip précieux et essentiel.

Regarder le court métrage A little too much

Mégane Bouron

« Egg » : Un court métrage conceptuel sur la maladie