« Je suis nue » : Un film puissant sur le consentement

je-suis-nue-nikon-film-festival-larsruby

Monteuse de métier, Alexandra Mignien signe avec Je suis nue son premier court métrage en tant que réalisatrice. À travers une réalisation créative et intelligente, la jeune femme traite d’un sujet alarmant.

Un phénomène récurrent et ravageur

 

 

Pourquoi vous n’êtes pas venue plus tôt ? Parce que j’avais honte.

 

 

Les réseaux sociaux développent tout un tas de phénomènes alarmants, dont un particulièrement virulent : le partage de photos ou vidéos d’une personne nue sans sa permission. Pour dénoncer librement et ouvertement ce fléau moderne créé par la société, la cinéaste en herbe Alexandra Mignien a réalisé un court métrage puissant sur le consentement. Pleine de créativité, cette réalisation aborde de manière intelligente le sentiment de honte qui envahit les personnes victimes de cette escroquerie. On y suit le quotidien d’une jeune femme se baladant entièrement nue chez elle, dans les rues, dans son bureau et jusque dans les soirées. Une manière purement métaphorique de représenter cette violation de vie privée dont la jeune femme a été victime.

je-suis-nue-nikon-film-festival-larsruby-1
Regarder Je suis nue

Le court métrage Je suis nue traite sous un angle novateur la question du droit à l’image sur Internet. Un sujet essentiel, abordé avec une certaine pudeur et fragilité qui rappelle évidemment le mal-être oppressant des nombreuses victimes. Avec cette histoire universelle, la jeune cinéaste incarne parfaitement la thématique du partage, mise à l’honneur par le Nikon Film Festival 2019. Un partage qui se veut ici non choisi, non voulu. Pour découvrir en intégralité le court métrage Je suis nue, rendez-vous juste ICI !