« Je suis Thalès » : La règle de la comédie

je-suis-thales-nikon-film-festival-larsruby

Pour sa seconde participation au Nikon Film Festival, l’acteur et réalisateur Florent Hill s’empare des codes de la comédie. Il livre avec Je suis Thalès un savoureux court métrage humoristique sur la thématique du partage.

Une comédie symétrique

 

 

Quand tu racontes ta vie sur les réseaux j’en fais pas partie, mais quand il y a contrôle j’existe.

 

 

Après avoir reçu l’élogieux Prix des Écoles à la 8e édition du Nikon Film Festival, le court métrage Je suis 10 euros s’est récemment envolé à la soirée d’ouverture du 33e Festival Européen du Film Court de Brest. Une reconnaissance qui a notamment permis au réalisateur Florent Hill de développer son imagination à travers une nouvelle réalisation, pleine d’humour et de subtilité. Je suis Thalès, second court métrage Nikon, s’intéresse à la complexité des rapports entre les jeunes depuis la montée en puissance des réseaux sociaux. L’intrigue se déroule pendant un contrôle de maths, où un  adolescent rebelle et adepte des réseaux tente de négocier avec un jeune premier de la classe. Cet échange entre ces deux élèves va donner lieu à de multiples gags aussi comiques qu’irrésistibles.

je-suis-thales-nikon-film-festival-larsruby-1
Regarder Je suis Thalès

Je suis Thalès est une petite comédie subtilement réalisée, qui traite de manière extrêmement libre de l’influence des médias sociaux sur notre estime de soi. Les deux jeunes comédiens incarnent avec un grand naturel la jeunesse d’aujourd’hui, à savoir celle d’une génération devenue obnubilée par son image. Évidemment, ce court métrage n’est pas un film moralisateur mais bien une comédie humoristique miroir de notre société. Et ça, on adore ! Drôle, humble et perspicace, Je suis Thalès est un film sans prétention qui mérite honnêtement sa place en finale !  Pour découvrir en intégralité ce court métrage, rendez-vous juste ICI !